Le groupe cdH ouvre le débat sur la transition numérique dans notre enseignement supérieur

Isabelle MOINNET, Députée cdH et Présidente de la Commission de l’Enseignement supérieur, a présenté aujourd’hui le rapport sur l’influence du numérique sur les modèles pédagogiques de l’enseignement supérieur en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

C’est une première saluée par les autres groupes politiques. La transition numérique est un enjeu transversal qui doit nous amener à accompagner les révolutions que les nouvelles technologies d’information et de communication induisent dans tous les champs de la société. L’enseignement supérieur n’échappe pas à ces transformations. Or, le rapport souligne une préparation encore insuffisante pour faire face à ces défis : manque d’une stratégie coordonnée, manque de moyens humains et financiers aux établissements, etc.

Pour le groupe cdH, il faut accompagner nos institutions d’enseignement supérieur, en ce compris les Hautes Ecoles, dans la transition numérique au service des objectifs chers au cdH  et au bénéfice de tous les étudiants : une meilleure transition entre le secondaire et le supérieur, une politique d’aide à la réussite qui permette une plus grande accessibilité qualitative à notre enseignement supérieur, une flexibilité des parcours et une individualisation des formations pour répondre au mieux aux besoins et aux aspirations de nos étudiants, un meilleur équilibre entre les charges d’enseignement et de recherche pour le personnel académique et scientifique, un soutien accru aux outils de formation continue pour les particuliers, les entreprises et les parcours de réorientation professionnelle, une plus grande participation de nos étudiants à leur apprentissage et une meilleure politique d’orientation et de réorientation des primo-arrivants.

La Présidente de la Commission de l’Enseignement supérieur, Isabelle Moinnet, et le Vice-président du cdH, Hamza Fassi-Fihri, présenteront prochainement une série de mesures concrètes en la matière que les députés humanistes défendront au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.